Depuis le début de la crise systémique, le racisme a connu un boom social. Mario Wassilikos (TMI Autriche) analyse ses origines, son fonctionnement dans la société et la façon dont il peut être combattu durablement.

Les préjugés ou les ressentiments à l’égard “d’un étranger“ et de son dénigrement sont aussi vieux que la société de classe elle-même. Ainsi, déjà dans la Grèce antique, ceux qui ne parlaient pas le grec étaient appelés „barbares“ (par exemple les Perses, les Macédoniens, les Celtes, etc.). Dans les écrits, les pièces de théâtre et les discours publics, ils ont été qualifiés d’impitoyables, absolument despotiques et spirituellement inférieurs“ par rapport aux Grecs. Les Romains, qui se définissent comme les héritiers de la culture grecque, ont adopté le topos barbare. Au Moyen-Âge européen chrétien, les non-chrétiens, en particulier les juifs et les musulmans, étaient vilipendés comme „diaboliques“, comme „non civilisés“. Ils ont été accusés de toutes sortes d’atrocités. Mais ce n’est pas tout. La première croisade en 1096 a annoncé une série de terribles pogroms contre les Juifs dans l’Est de la France, dans la vallée du Rhin et ailleurs. Des siècles de terribles persécutions et d’expulsions de non-chrétiens en Europe ont commencé. L’un des tristes moments forts a été la Reconquista, la „reconquête“ chrétienne de la péninsule ibérique au cours du Moyen Âge et du début des temps modernes. Dans ce processus d’éviction des dirigeants musulmans, les juifs et les musulmans ont été systématiquement expulsés ou contraints d’accepter le christianisme.

Origine et définition

Face à ces faits, certains universitaires, comme le politologue et anthropologue social Cedric Robinson, affirment que le racisme est un phénomène européen particulier d’origine précapitaliste. Il y a même des psychologues comme Juliane Degner qui en arrivent à la „réalisation“ qu’elle est inhérente à la „nature humaine“ elle-même et qu’elle est étroitement liée au développement de l’identité individuelle. Toutefois, ces affirmations ne résistent pas à une analyse plus approfondie. Par exemple, l’historien Frank M. Snowden Jr. note que l’interaction sociale entre les Noirs et les Blancs ou les personnes à la peau claire et à la peau foncée sous les Grecs et les Romains n’a pas donné lieu à des préjugés fondés sur des caractéristiques biologiques comme dans certaines sociétés occidentales ultérieures. Ils n’ont pas développé de théories sur la supériorité des Blancs. L’exemple le plus frappant est le cas de Punier (nom romain pour les Phéniciens sémitiques) Septime Sévère, empereur romain de 193 à 211 après J.-C., qui avait presque certainement la peau très foncée. L’une des principales caractéristiques de l’antiquité romaine était l’effort des élites sociales pour intégrer les aristocraties locales dans une classe dirigeante impériale qui partageait une culture qui était la fusion des traditions grecques et romaines. Un autre exemple de ces synthèses culturelles de l’Europe antique est l’hellénisme, la fusion de la culture grecque et orientale, en particulier persane, avec le début du règne d’Alexandre le Grand (336 av. J.-C.). Il est vrai que les „barbares“ ont été discrédités à plusieurs reprises par les élites grecques ou romaines afin de mobiliser les classes socialement et politiquement défavorisées pour des campagnes de guerre ou pour légitimer leur propre domination. Cependant, les historiens de la Grèce antique, comme Hérodote (5e siècle avant J.-C.), ont souligné la dépendance de la Grèce à l’égard des influences africaines et asiatiques. Bien qu’ils aient souvent insulté les Perses, par exemple, ils les respectaient en principe. Hérodote les considérait même capables de penser comme des Grecs.

Les persécutions, les abus, la discrimination des non-chrétiens, en particulier des juifs et des musulmans, au Moyen Âge européen ne sont pas non plus du racisme. C’étaient des expressions de l’oppression religieuse, à laquelle, contrairement à l’oppression raciste, on pouvait échapper en changeant de foi. Ce qui est généralement frappant dans les anciennes sociétés esclavagistes et féodales médiévales de l’Europe précapitaliste, c’est qu’il n’y avait pas d’idéologie telle que le racisme, qui excluait ou subordonnait systématiquement un groupe particulier en raison de sa position sociale inférieure. Cela n’est même pas nécessaire dans une société strictement hiérarchisée dans laquelle les gens sont divisés (généralement dès la naissance) en libres et esclaves ou en domaines et castes. L’inégalité et l’exploitation qui y est associée sont profondément ancrées dans le droit et la culture quotidienne. Ils sont clairement visibles par tous comme la norme. Une société basée sur l’exploitation du travail non libre, que ce soit sous forme d’esclavage ou de servage, n’a pas besoin de racisme. Elle n’a pas besoin d’une idéologie qui prétend que l’humanité est divisée en races sur la base de caractéristiques biologiques et psychologiques, ce qui entraîne une hiérarchie raciale et légitime ainsi l’exploitation des „races dominées et sous-développées“ par les „races dominantes et hautement développées“.

Racisme et capitalisme

En effet, la naissance du racisme est intimement liée à la mise en place du mode de production capitaliste. Elle est apparue au cours d’une phase clé du développement du capitalisme dans le mode de production dominant à l’échelle mondiale, une phase que nous, marxistes, appelons „accumulation primitive“. Afin d’établir des plantations coloniales dans le Nouveau Monde à partir du XVIIe siècle, des esclaves noirs importés d’Afrique y étaient exploités pour produire des biens de consommation, comme le tabac et le sucre, et des matières premières industrielles, comme le coton et les teintures, pour le marché mondial. Le racisme est apparu pour la première fois dans la tradition orale à la Barbade au XVIIe siècle et s’est cristallisé dans la presse écrite en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle comme l’idéologie de l’aristocratie des plantations, la classe des planteurs et des marchands d’esclaves qui dominait les colonies caribéennes de l’Empire. Le racisme s’est ensuite répandu dans les autres puissances coloniales européennes comme la France. Là, comme en Grande-Bretagne, elle est devenue l’idéologie de la classe dirigeante. Ainsi, David Hume, le célèbre philosophe écossais des Lumières, écrit qu’il était enclin à „soupçonner les Noirs et, en général, toutes les autres espèces d’hommes d’être naturellement inférieurs aux Blancs“. Voltaire, l’un des philosophes les plus influents des Lumières, a même affirmé que „la race des nègres […] n’est pas simplement différente de la nôtre (la race blanche), elle est bien inférieure”. Le racisme est donc la conséquence de l’esclavage moderne. Cela soulève toutefois la question de savoir pourquoi elle n’a pas été créée par les esclavagistes de l’Antiquité.

La réponse : la production capitaliste, contrairement à la production pré-capitaliste, est basée sur l’exploitation du travail (salarié) libre. Les travailleurs salariés sont, comme le dit Karl Marx, „libres dans un double sens, libres des anciennes relations de dépendance, d’entraves et de servitude, et deuxièmement, libres de toute possession sous toute forme objective et matérielle, libres de toute propriété“. Ce n’est pas la subordination juridique et politique des travailleurs aux capitalistes qui est à la base de l’exploitation capitaliste, mais leur exclusion des moyens de production et la vente de leur force de travail qui en résulte. Tous deux sont donc confrontés sur le marché du travail en tant qu’adversaires juridiquement égaux. Les travailleurs sont libres de ne pas vendre leur travail. Il n’en reste pas moins qu’ils sont économiquement contraints de le faire pour acquérir des moyens de subsistance, pour pouvoir acheter quelque chose à manger, à boire, à s’habiller, à vivre, etc. Cette contradiction entre l’égalité formelle et l’inégalité matérielle du capitaliste et de l’ouvrier est la caractéristique fondamentale de la société bourgeoise. Ainsi, les Lumières et les grandes révolutions bourgeoises qui leur sont associées, qui ont balayé les obstacles sur la voie de la suprématie du mode de production capitaliste, ont mobilisé les masses sous la bannière de la „liberté et de l’égalité“. Cependant, le capitalisme a simultanément bénéficié de l’esclavage colonial. Cette relation s’est poursuivie à l’époque de la révolution industrielle, par exemple dans l’industrie textile anglaise, qui achetait du coton aux plantations des propriétaires d’esclaves. L’esclavage existe encore aujourd’hui dans certaines régions du monde. Cependant, avec le développement du capitalisme et de la société bourgeoise qui lui est associée, le travail servile est devenu de plus en plus une exception contradictoire qui nécessite une explication. Ainsi, l’idée s’est imposée que les noirs (ou d’autres „races“) étaient des „sous-hommes“ (ou pas des personnes réelles) et ne méritaient donc pas le même statut que celui qui était de plus en plus reconnu comme un droit de l’homme. Le racisme a surtout servi à délégitimer les révoltes des esclaves coloniaux. L’exemple le plus connu est la révolution haïtienne. Cela a commencé en 1791 par une révolte d’esclaves dans la colonie française d’Haïti, qui a invoqué le concept des droits de l’homme de la Révolution française.

Les fonctions sociales

L’interdiction de l’esclavage (par exemple en Grande-Bretagne en 1807, en France en 1848) n’a pas mis fin au racisme. Il s’est même épanoui de plus en plus. Entre 1840 et 1940, il y a eu une véritable explosion journalistique d’une mythologie raciale dans les États-nations impérialistes. Elle a été mélangée à une biologie raciale pseudo-scientifique, qui était une version vulgaire de la sélection naturelle de Darwin. Alors que le racisme servait à l’origine à légitimer l’esclavage dans le capitalisme émergent, son abolition officielle lui a donné pour fonction de justifier la domination de l’impérialisme occidental sur le monde en tant que produit de la „supériorité inhérente“ de la „race blanche“. Le motif central était l’idée que la constitution biologique et psychologique des Africains, des Asiatiques et des natifs d’autres continents exigeait qu’ils soient dirigés par les Blancs, dont le devoir était de gouverner le monde au nom de leurs sujets. Le racisme a ainsi légitimé des relations de travail salariales extrêmement explosives et le vol de matières premières et de terres au profit du capital dans les colonies. Dans la compétition entre les grandes puissances, le racisme s’est mêlé à leur nationalisme impérialiste, les théoriciens de la race revendiquant la „pureté raciale“ de leur propre nation. Ainsi, l’aristocrate et diplomate français Arthur de Gobineau, l’un des pères fondateurs de la mythologie raciale moderne, a affirmé que la „race aryenne“, la „race blanche primitive culturellement productive“, avait été préservée, en particulier dans l’aristocratie française et les classes moyennes supérieures. L’admirateur de Wagner et de l’Allemagne Houston Stewart Chamberlain, dont l’œuvre a beaucoup influencé Adolf Hitler et le chef idéologue nazi Alfred Rosenberg, a affirmé la même chose pour les Allemands.

Aujourd’hui, l’impérialisme n’utilise plus le racisme biologique ouvertement. Les raids impérialistes mondiaux sont désormais justifiés par „l’exportation de la démocratie, de l’État de droit et des valeurs européennes des Lumières“ vers des sociétés pas encore aussi „développées“. Les cultures „sous-développées“, principalement musulmanes, doivent être „civilisées“ et „libérées“ du terrorisme islamiste. Les interventions des États-Unis et de leurs alliés en Irak et en Afghanistan, tous deux extrêmement riches en matières premières, étaient notamment sous la bannière de cette propagande.

Cependant, le racisme n’est pas seulement utilisé pour justifier la domination mondiale (réelle ou exigée) des fractions nationales du capital des différentes puissances impérialistes. Elle a également une fonction stabilisatrice en leur sein. Karl Marx a été le premier à le reconnaître en prenant l’exemple de l’Angleterre :

“Ce qui est primordial, c’est que chaque centre industriel et commercial d’Angleterre possède maintenant une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles : les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais. L’ouvrier anglais moyen déteste l’ouvrier irlandais en qui il voit un concurrent qui dégrade son niveau de vie. Par rapport à l’ouvrier irlandais, il se sent membre de la nation dominante et devient ainsi un instrument que les aristocrates et capitalistes de son pays utilisent contre l’Irlande. Ce faisant, il renforce leur domination sur lui-même. Il se berce de préjugés religieux, sociaux et nationaux contre les travailleurs irlandais. Il se comporte à peu près comme les blancs pauvres vis-à-vis des nègres dans les anciens États esclavagistes des États-Unis. L’Irlandais lui rend avec intérêt la monnaie de sa pièce. Il voit dans l’ouvrier anglais à la fois un complice et un instrument stupide de la domination anglaise en Irlande. Cet antagonisme est artificiellement entretenu et développé par la presse, le clergé et les revues satiriques, bref par tous les moyens dont disposent les classes dominantes. Cet antagonisme est le secret de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise, malgré son organisation. C’est le secret du maintien au pouvoir de la classe capitaliste, et celle-ci en est parfaitement consciente.” (Source: Karl Marx, Lettre à Sigfrid Meyer et August Vogt, 9 avril 1870)

Ici, Marx évoque la concurrence économique des travailleurs dans la lutte quotidienne pour les salaires, le pain et l’emploi comme base matérielle du racisme. Sous le capitalisme, il existe des modèles particuliers d’accumulation du capital, c’est-à-dire différentes branches et phases de production avec une intensité de travail différente et différents niveaux de qualification nécessaires de la main-d’œuvre. Cela nécessite une adaptation particulière des travailleurs, qui se traduit sur le marché du travail par différents niveaux de revenus. En particulier dans les périodes de renouvellement du capital, lorsque une partie de la force de travail est déclassée, les capitalistes ont tendance à remplacer les travailleurs qualifiés par des travailleurs non qualifiés et donc moins chers. Souvent, les travailleurs étrangers hautement qualifiés et donc coûteux sont également considérés comme sous-qualifiés par les autorités de l’État, ce qui rend leur exploitation par les entrepreneurs plus rentable. Les pénibles procédures de reconnaissance de diplôme requises, par exemple, en Autriche pour la reconnaissance des qualifications acquises à l’étranger, constituent un exemple particulièrement frappant de ce processus. En bref, en raison des travailleurs bien payés, socialement sécurisés et donc coûteux, le capital a également besoin de ceux qui font le travail pénible, mal payé, mal assuré socialement et mal considéré et, surtout en temps de crise, peut être instrumentalisé comme un moyen de pression pour faire appliquer le dumping salarial général et les réductions sociales. Ils ne sont pas toujours recrutés par des voies légales. Les innombrables travailleurs étrangers non déclarés dans l’industrie autrichienne de la construction ou les réfugiés syriens travaillant illégalement dans les usines textiles turques, tous deux sans la protection de la sécurité sociale et du droit du travail qui est coûteuse pour le capital, ne sont que deux exemples parmi tant d’autres. La discrimination structurelle à l’encontre des Noirs aux États-Unis ou des Roms en Europe de l’Est montre que les étrangers ne sont pas nécessairement indispensables pour ces processus d’exploitation. Il suffit d’avoir une couleur de peau différente de celle de la majorité.

Lorsque ces deux groupes de travailleurs, les bien payés et les mal payés, ont des nationalités et/ou des couleurs de peau différentes, et donc peut-être des langues et des traditions différentes, il y a le potentiel pour un développement de divisions racistes entre eux. Il ne faut pas pour cela que le racisme soit simplement thésaurisé, comme si quelques mauvais propagandistes suffisaient à attirer les racistes. Il s’impose plutôt aux travailleurs chaque jour : La concurrence et la différenciation entre les travailleurs prévalent dans l’usine et lors de la recherche d’emploi, ainsi qu’une crainte permanente d’une éventuelle détérioration des conditions de vie matérielles. Cela encourage le racisme.

Bien que le capitalisme, avec sa concurrence salariale, fournisse la base matérielle du racisme parmi les travailleurs, il faut souligner qu’il n’est pas un produit du mouvement ouvrier lui-même. Tous les théoriciens racistes étaient des aristocrates ou des (petits) bourgeois avec un point de vue de classe clairement anti-prolétarien. Ils le sont encore aujourd’hui, comme l’ex-banquier Thilo Sarrazin, l’éditeur et publiciste Götz Kubitschek ou l’ancien diplomate et professeur d’université Tomislav Sunic. Les parties révolutionnaires du mouvement ouvrier, en particulier, ont pris une position claire contre toute division de la classe ouvrière depuis ses débuts. Même Marx a reconnu que la classe dirigeante utilise consciemment le racisme pour séparer les travailleurs les uns des autres, les affaiblissant ainsi dans les luttes de classe du capitalisme et les rendant plus contrôlables politiquement. Toutefois, cela ne se produit pas dans le cadre d’une sombre conspiration secrète, mais plutôt par une organisation ouverte et active des rapports de force capitalistes. Car il existe un contexte socio-économique objectif dans lequel ces divisions à motivation raciale se produisent. Pourtant, le racisme est extrêmement séduisant pour la classe ouvrière. Elle offre aux travailleurs de la „race“ ou de la „culture“ oppressive une compensation imaginaire pour l’exploitation et l’humiliation qu’ils subissent dans la vie quotidienne du capitalisme. Il construit un imaginaire appartenant à la partie „éclairée“, „civilisée“ de la société. Elle crée une identité de travailleurs et de capitalistes „racialement“ ou „culturellement égaux“, suggère des intérêts communs à ces deux classes et a donc un effet stabilisateur sur le système. Au lieu de la lutte des classes, le racisme propage une neutralité de classe, une communauté de „nationaux“, d'“honnêtes“, de „travailleurs“, de „contribuables“. Ce n’est pas le patron, le banquier, un représentant de la classe dirigeante qui est à blâmer pour les mauvaises conditions de travail, les baisses de salaire, les coupes sociales et les pertes d’emplois, mais l'“étranger“, le „demandeur d’asile“, le „parasite social“. Cela ouvre la porte à la mise en œuvre de coupes générales dans le système sanitaire et social public aux dépens des masses. Face à la baisse ou à la stagnation des salaires réels, de plus en plus de travailleurs ne veulent pas financer les „parasites“ et les „étrangers“ avec leurs impôts et leurs cotisations. On oublie ainsi facilement que, compte tenu de la grave crise systémique et de son chômage massif croissant, elle pourrait tôt ou tard vous toucher. Le débat actuel sur la sécurité minimale en est un bon exemple. Alors que l’ÖVP (parti nationaliste de Kurz) et le FPÖ (deuxième parti nationaliste) n’exigeaient initialement „que“ une réduction de la sécurité minimale pour les réfugiés, leur réduction générale est maintenant mise sur le tapis – en nature au lieu d’avantages en espèces et d’un plafond de 1500 euros pour les familles, tant nationales qu’étrangères, principalement en raison de la „crise des réfugiés“. Mais l’essentiel est que les milliards de réclamations des créanciers hypothécaires seront servis par le gouvernement fédéral.

Il n’est donc pas étonnant que le racisme soit en plein essor, surtout en temps de crise. Depuis le début de la plus grave crise du capitalisme en 2007, il y a eu une véritable explosion de cette idéologie dans certains pays, surtout là où il y a un manque d’alternatives politiques de gauche. Mais ce nouveau racisme, qui trouve ses racines dans les années 1970, ne conteste pas la supériorité biologique de certaines races, mais les différences culturelles des groupes ethniques. Pour la terreur nazie, la Shoah et la réfutation scientifique de l’existence des races humaines par la génétique et la biologie moléculaire ont rendu ouvertement le racisme biologique moralement indiscutable et politiquement inacceptable. Toutefois, il ne faut pas trop insister sur ce changement. Premièrement, le racisme biologique existe toujours, par exemple dans les tentatives sociobiologiques d’expliquer biologiquement les inégalités sociales, ou dans l’opinion selon laquelle les mauvais résultats des noirs américains dans les tests d’intelligence reflétaient les différences héréditaires entre eux et les blancs. Deuxièmement, l’idée que les Noirs sont intrinsèquement subordonnés aux Blancs fait toujours partie d’un racisme très populaire. L’idée de différence culturelle a donc tendance à être une couverture conventionnelle. Souvent, l’utilisation de mots apparemment innocents dans les déclarations publiques signifie un appel tacite et codé à des attitudes racistes malveillantes. Par exemple, les termes actuels „vague de réfugiés“, „afflux de réfugiés“ ou „flot de réfugiés“ suggèrent que les personnes fuyant la persécution, le meurtre et la faim sont une catastrophe naturelle et donc un danger. Troisièmement, les „identités culturelles“ ou „ethniques“ qui remplacent le terme „race“ dans les discussions „amicales“ comprennent de plus en plus les caractéristiques maléfiques et stéréotypées du racisme à l’ancienne. La „morale“ ou la „culture“ sont perçues comme un destin auquel ceux qu’elles embrassent ne peuvent échapper. Bien qu’elles soient reconnues comme un produit de l’histoire, elles ne peuvent plus être modifiées par l’action humaine, ou seulement avec difficulté : En pratique, ils sont devenus une partie de la nature. Si tant est qu’il y en ait, elles ne pourraient être (partiellement) modifiées que par une „éducation“, une „formation“ et un „enseignement des valeurs européennes“ cohérents, sous la direction de „l’Occident civilisé“. L’idée qu’il est impossible pour les Européens et les non-Européens de vivre ensemble dans la même société devient de plus en plus dominante, et pas seulement chez les néo-fascistes ou les extrémistes de droite. Ainsi, outre le FPÖ, les partis au pouvoir en Autriche, le SPÖ et l’ÖVP, réclament à grands cris la fixation de limites maximales, l’asile temporaire, la sécurité militaire aux frontières et le rapatriement des réfugiés, en particulier ceux qui viennent de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan et des foyers de troubles africains, afin d’éviter des „difficultés d’intégration“ et une „invasion pacifique“. Dans la diction libérale, cela signifie alors „arrêter l’infiltration étrangère“. L’objectif est le même : rendre plus difficile ou empêcher l’immigration de personnes sur la base de leur origine. Cette prétendue incompatibilité des cultures est sous-tendue par des crimes dont la plupart sont exagérés, souvent même inventés. L’Islam en particulier fonctionne comme un écran de projection pour tous les maux de ce monde. En Occident, le racisme ou l’islamophobieont presque complètement remplacé l’antisémitisme, qui n’est aujourd’hui ouvertement propagé que par d’incorrigibles nazis et des marginaux d’extrême droite. Les deux sont des formes de racisme et ont une fonction stabilisatrice pour le système. L’antisémitisme, qui a prospéré pendant les graves crises économiques de 1873 à 1890, surtout en Allemagne et en Autriche, et qui a connu son cruel apogée sous le national-socialisme, a servi au capitalisme fade en opposant le capital financier „juif saisissant“ au capital de production „allemand créant“. Ainsi, le „bon“ propriétaire d’usine „terre-à-terre“, „allemand“, a été dégagé de toute responsabilité en matière d’exploitation et de crise du système, tandis que le capitaliste financier „juif“, „cupide“, „suceur de sang“, sous la forme du „ploutocrate“ et de „l’usurier“, était responsable de tout. La crise du capitalisme s’est donc construite à partir d’un problème systémique jusqu’à une conspiration d’un groupe de personnes „étrangères“. La solution au problème était d’éliminer le groupe de personnes tout en maintenant les relations de propriété capitalistes.

Aujourd’hui, l’Islam et les musulmans servent de boucs émissaires pour toute la barbarie des conditions qui prévalent. Ainsi, face au terrorisme islamiste, qui émane d’une petite mais bruyante minorité réactionnaire de l’islam, le magazine d’information autrichien „Profil“, qui a depuis longtemps cessé d’être libéral de gauche, titrait : „Ce qui rend l’islam dangereux”. Ce sont surtout les événements de Cologne et quelques autres agressions sexuelles de femmes par des réfugiés (par exemple à Salzbourg) ou le cas d’un Irakien qui a violé un garçon de 10 ans dans une piscine couverte à Vienne-Meidling, dans le feu constant des médias et la propagande politique de la classe dirigeante, qui font passer l’homme musulman ou arabe en soi de terroriste à sexiste et violeur. En Autriche, la partie la plus réactionnaire de la bourgeoisie, sous la forme du FPÖ, se distingue. Ainsi, le secrétaire général libéral, membre du Conseil national et directeur général de la Neue Freie Zeitung Herbert Kickl a déclaré : „Ceux qui n’ont pas encore compris que ce n’était pas une bonne idée de laisser des dizaines de milliers de jeunes hommes des États arabes entrer dans le pays sans contrôle, espérons que la lumière a maintenant été faite sur la question”. L’extrême droite PEGIDA a également poussé en avant. Elle a donc publié sur Facebook : „Garder une distance de bras ne nous protège pas des agressions sexuelles et autres, mais une largeur méditerranéenne le fait”. Les défenseurs autoproclamés des droits des femmes font du sexisme et de l’oppression des femmes un problème importé. Mais la violence sexualisée contre les femmes n’est pas un privilège réservé aux migrants. Ainsi (et pas seulement) en Autriche, près de 75 % des femmes sont victimes de harcèlement sexuel. Une femme sur trois subit des violences sexuelles, dont une femme sur quatre est violée. Cela signifie que 7 % des femmes sont violées au moins une fois dans leur vie. Dans 80 % des cas de violence sexuelle, l’auteur est connu de la femme, dans le cas du harcèlement sexuel, l’auteur est connu de la femme dans environ 60 % des cas. La majorité des violences sexualisées se produisent donc au sein de la famille ou du cercle d’amis. On peut constater à quel point la droite est vraiment sérieuse en ce qui concerne les droits des femmes lorsqu’elle blâme une fois de plus les refuges pour femmes battues pour l’échec des mariages, qu’elle minimise les saisies de fesses, qu’elle pleure le „bon vieux temps“ où „les hommes étaient encore autorisés à être des hommes“, qu’elle bat les femmes de gauche et qu’elle incite les critiques à vouloir les violer.

La gauche et l’anti-racisme

Dans de nombreuses partis de gauche, la vision libérale traditionnelle (de gauche) selon laquelle le racisme est une question d’attitude est fermement établie. Ils essaient de la combattre par des appels moraux. L’opinion selon laquelle le racisme est un problème d’éducation est étroitement liée à cette question. Les deux ont tort. D’une part, de plus en plus de couches de travailleurs „ordinaires“ prennent conscience que „ceux d’en haut“ sont leurs adversaires, surtout en cette période de crise systémique avec son offensive toujours plus importante du capital contre le niveau de vie des masses salariées. Mais en même temps, il existe des préjugés racistes dans la classe ouvrière. Cependant, ces derniers sont repoussés lorsque des conflits sociaux se développent. Les grèves et les manifestations de ces dernières années en Espagne, en Grèce, au Portugal ou en Italie, au cours desquelles des travailleurs nationaux et étrangers, à la peau claire ou foncée, sont descendus ensemble dans la rue et ont combattu côte à côte dans les usines, en sont les exemples les plus récents. D’autre part, un niveau élevé d’éducation formelle ou d’études universitaires ne constitue pas une garantie d’être antiraciste. Récemment, par exemple, une enquête anonyme menée à l’université de Cologne, dans laquelle plus de 50 % des étudiants ont exprimé des opinions racistes, et un concert à la Philharmonie de Cologne, qui a dû être annulé en raison des réprimandes racistes adressées aux spectateurs du concert contre le claveciniste iranien Mahan Esfahani, ont choqué le public. L’appartenance à la classe moyenne (éduquée) ne conduit pas à l’antiracisme, elle conduit seulement au fait que les préjugés racistes peuvent être formulés de manière plus éloquente, plus concluante et plus argumentée.

Le racisme n’est donc pas un „truc dans la tête tête“, ce n’est pas une question d’idées ou une question d’éducation. Souligner sa nature non scientifique ou son travail éducatif pour réduire les préjugés peut être utile dans la lutte contre ceux-ci, mais cela ne suffit pas pour les surmonter. Pour y parvenir, il faut nommer ses origines réelles et ses fonctions sociales et les combattre : Le racisme sert à opprimer et en même temps à diviser les opprimés. Le racisme est un produit du capitalisme avec sa structure sociale d’exploitation et ses inégalités systématiques dans la distribution des richesses et des opportunités de vie. Le racisme y est enraciné, étroitement lié à lui. Les gens restent ou deviennent racistes tant qu’ils en tirent un profit matériel ou qu’ils sont convaincus de le faire. Elle s’épanouit donc surtout dans la crise systémique et l’augmentation des luttes de répartition qui en découle.

Une gauche qui veut être constamment antiraciste doit donc enfin comprendre que le racisme ne peut être vaincu qu’avec l’abolition du capitalisme. Il faut souligner que ce n’est pas une „contradiction secondaire“ qui disparaît d’elle-même avec la fin de la „contradiction principale“, le mode de production capitaliste. Marx reconnaissait déjà que le socialisme, la „première phase“ du communisme, est „économiquement, moralement, spirituellement, encore affligé des taches de naissance de la vieille société“. Cependant, surmonter la société capitaliste d’exploitation et de concurrence fournit la base matérielle pour éradiquer complètement le fléau du racisme. Car dans un système où la base matérielle de la vie est entre les mains de la société, où les fruits du travail profitent à tous, où toutes les questions économiques et sociales sont décidées démocratiquement, il n’y a plus ni exploiteurs et exploités, ni oppresseurs et opprimés. Les luttes de répartition entre individus ou groupes cessent d’exister. Dans un tel système, les préjugés et le racisme ne pourraient pas survivre. Par conséquent, un antiracisme durable doit être lié à la lutte pour le socialisme en même temps.